Photo ronde.png

 

 Bienvenue

 Sois curieux(se), ce n'est pas un si vilain défaut !

 

Troubles du comportement alimentaire : un tabou ?

Troubles du comportement alimentaire : un tabou ?

Les troubles du comportement alimentaire également appelés TCA, sont un réel fléau et entraînent les victimes dans une spirale négative de dépréciation de soi. J’ai décidé d’aborder ce sujet sensible car il est impensable selon moi que ces maladies qui touchent 1 femme sur 10 en France (c’est énorme !) soient un tabou.

Disclaimer : Je ne suis pas médecin ni psychologue. Il ne s’agit que d’une présentation synthétique des différents troubles et de ma propre expérience. Si tu souffres de TCA, je ne peux que te recommander de prendre contact avec un professionnel de la santé. Afin de compléter cet article, tu trouveras en fin d’article des liens vers des sites fiables traitant de ce sujet.

Qu’est ce qu’un Trouble du Comportement Alimentaire?

Les TCA consistent à s’alimenter d’une manière non appropriée pour sa santé. Ainsi, la personne qui souffre de ce type de maladies, car oui, ce sont de véritables maladies, va soit se priver de nourriture soit au contraire la consommer en quantité démesurée. Dans tous les cas, l’aspect psychologique n’est pas à négliger et les répercussions sur la santé physique sont particulièrement inquiétantes.

TCA - Les formes les plus connues

Même si certains troubles du comportement alimentaire sont connus du grand public, il est important de ne pas les confondre car les causes, manifestations et conséquences ne sont pas les mêmes.

L’anorexie mentale

L’anorexie mentale touche principalement les femmes qui représentent 90% des cas et notamment les jeunes filles entre 17 et 22 ans.

L’anorexie mentale se caractérise par le refus de s’alimenter et de prendre du poids. La notion de contrôle revient souvent. En effet, en gérant la faim qui les tenaille, les personnes qui souffrent d’anorexie mentale ont la sensation de contrôler leur corps et leur esprit. L’anorexie mentale est à distinguer de l’anorexie qui est davantage une perte d’appétit due à une maladie ou un état d’anxiété épisodique. Les malades d’anorexie mentale toujours dans le but de ne pas prendre de poids, ont souvent tendance à pratiquer une activité physique à grande intensité ce qui les épuisent puisqu’elles n’ont pas de carburant grâce à la nourriture. Certaines personnes qui consomment de très grandes quantités d’eau (plus de trois litres par jour), peuvent également souffrir de potomanie.

Elle provoque un chaos hormonal qui a souvent pour conséquence l’arrêt des menstruations. Les personnes souffrant d’anorexie mentale sont dans un état de dénutrition qui peut mener à l’hospitalisation quand leur poids atteint un seuil trop bas.

L’anorexie mentale est souvent entrecoupée d’épisodes boulimiques.

L’obsession de la balance …

L’obsession de la balance …

La boulimie

La boulimie s’exprime plutôt par des crises compulsives où la personne va ingérer une très grande quantité de nourriture que ce soit le jour ou la nuit. Elle n’y prend pas de plaisir mais c’est plus fort qu’elle. Pour compenser ses “excès” elle va avoir recours aux vomissements, aux laxatifs. Elle peut également jeûner ou avoir une pratique excessive du sport. Un sentiment de honte l’habite et elle se cache lors de ses crises.

La boulimie est souvent la conséquence d’une trop grande frustration liée à des régimes trop stricts ou des phases de privation extrême comme en cas d’anorexie mentale.

L’hyperphagie boulimique

L’hyperphagie boulimique comme son nom l’indique ressemble à la boulimie. Cependant, s’il s’agit bien d’épisodes récurrents de boulimie, en cas d’hyperphagie, la personne n’a pas de comportement compensatoire. C’est pourquoi, l’hyperphagie peut entraîner un surpoids voire l’obésité. De plus, dans ce TCA, même si la personne n’a pas faim lors de la crise elle y prend un certain plaisir.

L’hyperphagie boulimique touche davantage les hommes que les autres troubles du comportement alimentaire. Ainsi, 3 personnes sur 10 souffrant d’hyperphagie sont des hommes. Enfin, cette maladie touche les adultes et pas uniquement les jeunes.

Beaucoup de souffrance dans toutes ces pathologies n’est ce pas ? Et ce n’est pas fini puisque certains TCA moins connus sévissent également.

ladycameleon-tca-tabou.png

Les autres formes de trouble du comportement alimentaire

L’orthorexie

A la différence de l’anorexie mentale, le but de la personne qui souffre d’orthodoxie n’est pas de maigrir. Cependant, elle est obsédée par le fait de se nourrir de façon diététique. Il s’agit d’une dérive de la nourriture healthy. Les américains les appellent les “drogués de l’alimentation saine”. Cela peut faire sourire car on ne voit pas immédiatement où est le problème. Mais cette conduite peut engendrer des phobies alimentaires. La personne peut passer des heures à comparer des étiquettes et au regard des informations contradictoires selon le courant à la mode en matière d’alimentation (paléo, vegan etc.) elle fini par ne plus savoir ce qu’elle a le droit de manger.

Les conduites restrictives alimentaires obsessionnelles

La personne qui a une conduite restrictive alimentaire obsessionnelle est tout le temps au régime et compte la moindre calorie. Elle n’invite personne à partager ses repas ce qui limite sa vie sociale. Contrairement à l’anorexie son poids reste stable mais elle est tout de même plus maigre que la moyenne.

Le grignotage pathologique

Tout le monde mange de temps en temps entre les repas des petites quantités de nourriture. Ce que j’aime appelé des petites bêtises. Mais le grignotage devient pathologique lorsque les quantités de nourriture consommées ne sont plus du tout anecdotiques. La personne perd toute notion de quantité. Souvent la conséquence est le surpoids. Ce type de comportement est la traduction d’un mal être.

Tu es toujours là ? J’espère que ces descriptions ne t’ont pas trop effrayé mais il me semble essentiel de connaître ces maladies.

Mon expérience des TCA : l’hyperphagie

Tout d’abord, je tiens à préciser que cet article ne se veut pas alarmiste ni pessimiste. Je veux juste attirer ton attention, pour que tu puisses identifier un TCA chez une amie, ton ado, ta collègue ou toute autre personne de ton entourage. Peut-être aussi que tu te retrouveras dans l’une de ces descriptions.

C’est d’ailleurs en lisant un post Instagram de Menthe Banane, un diététicien de génie nommé Jérémy, que j’ai compris que le comportement que j’avais pu avoir des années plus tôt était bel et bien de l’hyperphagie boulimique. Ce fut un choc d’apprendre que ce que j’avais vécu avait un nom et relevé des TCA. J’aurai aimé à l’époque que l’on m’explique que ces pulsions ne relevaient pas de la gourmandise mais d’un problème plus profond. Que le surpoids engendré ne partirait pas tant que ce fichu problème ne serait pas réglé. Sauf qu’il y a dix ans, je ne le savais pas.

Alors au lieu de consulter un psy, j’ai enchaîné les régimes et les visites chez le nutritionniste. Et devines quoi ? Bah ça marchait pas ! Quand on ne soigne pas la cause, les symptômes ne risquent pas de disparaître hein !

Tout cela pour te dire, que si tu sens que ça dérape dans un sens ou dans un autre, il faut que tu en parles. Si tu ne passes pas de suite la porte du cabinet du psy ce n’est pas grave. Mais ose demander de l’aide à une amie, ta maman, etc. Peu importe en fait. Trouve une personne qui sera capable d’accueillir tes maux sans jugement et tu verras que le poids sur ton estomac sera de suite un petit peu moins lourd.

Comme d’habitude, je t’invite à partager ton expérience en commentaire. Le sujet du jour étant particulièrement sensible, je comprendrais que ce soit un peu difficile pour toi de te dévoiler de la sorte. Dans ce cas, n’hésites pas à me contacter directement. Je serai ravie de partager cela avec toi😊.

 

 
 

 

Sites de confiance en matière de TCA :

Bore-out : Quand l'ennui au travail devient insupportable !

Bore-out : Quand l'ennui au travail devient insupportable !